Lectures

“Emma est moi, Meriem Menant”, où comment parler du clown…

Voici un livre marquant pour moi sur une pratique qui m’habite depuis quelques années maintenant et que j’enseigne parfois. Ce récit est un dialogue entre Meriem Menant et sa clown.  J’ai été un peu perdue au départ par les changements de polices d’écritures (une police pour Emma et une police pour Meriem Menant).

Finalement, une fois la gymnastique prise, cette forme donne du rythme au récit et permet d’avoir une idée très parlante de ce qu’est qu’être clown (en tout cas pour moi).  Il est parfois difficile pour moi de mettre des mots sur cette pratique. Dans ce libre, Meriem Menant y parvient et on  retrouve la poésie du clown, la profondeur, des passages sublimes à la fois naïfs, sincères et justes.

Je vous en livre un petit passage pour vos balades en forêts:

« J’aime bien me promener dans la forêt.

Quand je m’en promène, je marche vite exprès et je m’arrête tout à coup, comme pour surprendre les arbres et les lierres et les arbrisseaux dans leur immobilité. Puis j’ouvre mes narines et je laisse rentrer la forêt dedans, j’emmagasine. Le humus, les feuilles mouillées, les troncs avec leur miel à résine qui couline dedans, le bois des branches avec le lichen qui dessine dessus. J’emmagasine, parce que c’est du rare et que j’habite pas dans une forêt. J’emmagasine, et je suis sûre que ça va nourrir les déserts que j’ai dedans, pour qu’ils germent en verdure et deviennent pâturages et vallées, et des forêts au final. »

Notez que les petites « fautes » de français n’en sont jamais vraiment, ce sont les paroles de la clown et sa façon de parler que vous retrouverez si vous allez la voir sur scène ce que je vous conseille.

J’ai vraiment apprécié le parallèle constant entre ce que vit la comédienne et ce que vit sa clown. On y entrevoit les liens entre l’aspect scénique et l’aspect sensible de cette pratique profonde, touchante et qui moi-même m’a transformé.

Voilà, que vous soyez clown ou non, je vous conseille ce livre qui, je l’espère, saura vous toucher.

PS : Pour le petit côté confort, je vous conseille la tisane joie de vivre de yogi tea à savourer tout en vous régalant des pages.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *