Le livre de Perle, Timothée de Fombelles

« Il vient d’un monde lointain auquel le nôtre ne croit plus. Son grand amour l’attend là-bas, il en est sûr. Pris au piège de notre histoire, Joshua Perle aura-t-il assez de toute une vie pour trouver le chemin du retour? »

Le livre de Perle a été écrit par un auteur dont j’aime particulièrement les œuvres : Timothée de Fombelles. Je dois dire que j’avais déjà dévoré Vango à l’époque de sa sortie donc ce fut une véritable madeleine de Proust (d’excellente qualité de surcroît) de retrouver son style.

20151005_141816

1-La boisson du cocon : J’ai eu très envie de partager avec vous le thé 3 noix de Mariage Frère pour le cocon de ce livre. Ce dernier mêle les saveurs de l’amande, la noix et la noix de pécan. Il se déguste avec grand plaisir au goûter. Le livre de Perle m’apparaît comme un livre gourmand dans lequel l’auteur parle régulièrement d’amandes et de friandises qui donnent l’eau à la bouche. Ce thé avec ses saveurs d’amande se mariera parfaitement avec l’intrigue : c’est ici.

2-L’ambiance du cocon: Pour ce qui est du lieu, ce livre m’évoque vraiment un milieu forestier. Si vous avez l’occasion de vous faire un thermos de thé et de partir lire en forêt ce sera idéal. Sinon je conseille de lire ce livre chez vous avec une musique d’ambiance naturelle qui évoque les bruits de la forêt.

3- La gourmandise du cocon : alors là c’est assez facile, du coup je n’ai aucun mérite car le livre le suggère fortement, je vous conseille de la guimauve. L’intrigue se déroulant pendant un temps dans une boutique de guimauves et tournant en partie autour de cette friandise, vous risquez d’en manquer si vous n’en avez pas à côté de vous!

chronique

On retrouve dans le style de Timothée de Fombelles ce pouvoir singulier de nous immerger dans son histoire, dans le mouvement de ses personnages et de l’environnement autour d’eux. Ses descriptions poétiques produisent un environnement vivant, animé et graphique. L’ambiance est  immersive tant du point de vue visuel, sonore et olfactif que gustatif. Le monde du conte sort droit d’un rêve qui tourne parfois au cauchemar. Notre monde réel accueille un peu pour un temps un peu d’imaginaire.

L’univers de l’intrigue alterne entre le monde du conte et le monde réel, le passé et le présent.  Je dois dire qu’on retrouve avec plaisir, à tout âge, le monde rêveur du conte avec ses fées, ses rois, ses reines, ses princes… L’histoire d’amour qui commence dans ce monde est très belle et attendrissante.

Tout comme dans le conte traditionnel, Timothée de Fombelles profite de cet univers pour aborder des thèmes plus ou moins graves. Ainsi, il évoque des sujets tels que la folie du pouvoir, la jalousie, la cruauté mais aussi l’amour, l’espoir…

Dans le monde réel, Timothée de Fombelles développe d’autres thèmes tout aussi intéressants tels que la tolérance, la différence et surtout les pouvoirs de l’imaginaire. On voit également émerger la seconde guerre mondiale et le génocide qui en a découlé bien que ce dernier sujet reste majoritairement en second plan.  J’ai particulièrement apprécié la réflexion qu’initie ce livre autour des pouvoirs de l’imaginaire. Ainsi, Timothée de Fombelles nous prend à parti ce qui rend par moment l’expérience de lecture interactive.  Et vient le petit moment de revendication où je dis que l’on oublie souvent l’importance de l’imagination et son pouvoir. On valorise peu la créativité et le pouvoir de rêver tant dans l’enfance, l’adolescence et l’âge adulte. Pourtant c’est pour moi, des capacités nécessaires tout au long de notre vie d’une part parce qu’elles nous poussent toujours plus loin dans nos projets mais aussi parce qu’elles permettent beaucoup de réconfort à ceux qui acceptent de s’y plonger. Il y aurait bien d’autres bienfaits à développer mais bon tout se résume dans cet extrait du livre :

« Est-ce que tu penses à ce qu’elle fait en ce moment ?

–Non.

–Pourquoi ?

Ilian ne répondit pas.

-Tu devrais l’imaginer, dit Alexandre

– Je ne veux pas.

-Tout commence par là. La vie vient juste derrière. Elle suit comme un petit chien derrière l’imaginaire »

DE FOMBELLES, Timothée, Le livre de Perle , Gallimard, 2014, p. 117

Et pour vous donner envie je vous donne un deuxième extrait qui m’a particulièrement parlé :

« Le bonheur est cette danse où l’on s’approche et l’on s’écarte sans se perdre. Il est même fait des larmes des longues séparations à conditions que viennent les retrouvailles »

DE FOMBELLES, Timothée, Le livre de Perle , Gallimard, 2014, p.133

Et vous une idée de cocon ? Un avis ?

A propos thereadingcocoon

Laisser un commentaire